The Show Must go On

C’est toujours toute une histoire, un premier article de blog. Mais c’est une histoire que j’aime bien… J’aime l’effervescence autour d’une nouvelle création. Le choix de la peinture sur les murs, tout comme celui de cette petite bannière qui nous semble toujours si importante. Le choix de la police de caractères. Parce que oui, une belle écriture, même à l’heure du « tout dématérialisé », c’est toujours bien plus sympa à lire.
J’aime tout ça…
Tout comme j’aime l’appréhension qui va avec : « Ais-je choisi la bonne couleur ? Ais choisi les bons mots ? Ce que j’ai à dire est si si intéressant ? … »

Pour ce tout premier article, je voulais vous expliquer ce nouveau nom qui me correspond bien plus aujourd’hui que « Maman Crotte ».
Cela fait bien longtemps que cela me trotte en tête : changer de nom. Parce que je ne suis plus vraiment une « Maman Crotte ». Je n’appelle plus mes enfants mes « Crottes » depuis quelques années à présent. Et même si c’est essentiellement pour eux que je tricote, je ne veux plus me voir QUE comme la maman de mes enfants. Merci Dr. Z.

Mon prénom, vous le connaissez, c’est Marianne. Un prénom que j’ai toujours aimé. Parce qu’il n’était pas ordinaire, parce qu’il était long, parce qu’il sentait bon la France quand les copines avaient des prénoms qui sentait l’Amérique. Mais surtout parce que c’était le prénom de ma Grand Mère, celle que je n’ai pas connu.

Mais ce n’est pas mon seul prénom. Comme la tradition le voulait il y a bientôt 40 ans, je porte également avec beaucoup de fierté, les 2 prénoms de 2 très belles femmes.

Marguerite. C’est le prénom de cette incroyable bout de femme (mon Arrière Grand Mère), veuve, qui a pris sous son aile ses 3 petits enfants (ma Maman et ses 2 soeurs) qui perdent leur maman (ma Grand Mère) suite à une bête chute d’un arbre en cueillant des mirabelles et leur papa (trop lâche pour assumer seul 3 enfants) reparti en Pologne sans plus donner de nouvelles . Ce bout de femme, c’est ma Oma. Mon Arrière Grand Mère. J’ai le souvenir d’une femme chaleureuse et aimante mais qui ne parlait pas un mot de français. Mais à 5 ans, il suffisait de se regarder pour se comprendre.

Renée. C’est le prénom de cet autre bout de femme (ma « Belle » Grand Mère) qui épouse un joli veuf (mon Grand Père) et prend sous son aile ses 3 enfants (mon Papa et ses 2 frangins). Elle a toujours été ma Grand Mère, même sans les liens du sang. Elle m’a appris à faire du canevas et me fournissait en fil. Elle m’a appris à tricoter des écharpes au point mousse pour mes barbies, à crocheter des mouchoirs et des napperons. Elle vivait dans une modeste annexe d’un petit château de ville. On passait chacune de nos vacances dans le parc du Château à chasser des sorcières et combattre des dragons avec ma petite sœur, à ramasser des marrons. Elle nous tendait des morceaux de pain frais et une barre de chocolat pour nos goûters alors que nos genoux étaient encore tout écorchés de faire les raoudi dans la mousse et les branchages. Elle nous prêtait ses vieux sacs à mains pour aller au marché et traverser le vieux Pont. Elle nous emmenait près de l’eau pour attraper des tétards.

Tous ces bouts de femmes, c’est MOI. Alors un anagramme de leur prénom, un anagramme de moi même, c’était le nom parfum pour terminer là bas, et commencer ici.

7 commentaires pour “The Show Must go On

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :