Etiothérapie et Cat Mint

J’ai longuement hésité à partager cette histoire avec vous. Mais, si elle parvenait à m’apporter une certaine compréhension d’un tout, je me dis qu’elle pourrait peut être vous servir.

Cette semaine, j’ai consulté une etiothérapeute / énergéticienne / Micro nutritionniste. Oui. Pleins de gros mots pour moi, la cartésienne presque « extrémiste ». Mais j’avoue arriver à un stade où je réalise que si ça, ça ne marche pas, je passerais sur le billard (comprendre la chirurgie bariartrique). Et pourtant, j’ai toujours exclue cette hypothèse. Bien trop peur.

Une etiothérapie, qu’est ce que c’est ?
C’est thérapie corporelle permettant d’approcher par une méthode logique intégrant les facteurs psychiques, biologiques et physiques de l’individu, les origines possibles d’une pathologie, par l’intermédiaire d’une interprétation objective de la dynamique énergétique du pouls radial.

Quand j’ai lu ça, je me suis réellement demandé dans quoi je m’embarquais. Alors, plutôt de me faire tout une séance de film d’horreur dans la tête, j’ai pris la décision de laisser venir et de tirer les conclusions ensuite.

Le rendez vous a duré une petite heure, durant laquelle, je me suis sentie écoutée. Ce qui est tout un paradoxe, puisque je n’ai quasi rien dit. C’est mon « corps » qui lui a parlé. On a vu ensemble ma petite histoire, c’est à dire, en résumé très succinct : l’atrophie de ma thyroïde, mes 3 grossesses, mon déni de grossesse et mon avortement. On a discuté de ce qu’était ma journée alimentaire « dans l’idéal » et elle a continué en m’expliquant la suite : mon pouls qui allait lui parler, les flux d’énergie qu’elle allait ouvrir (ou pas), mon and qui allait s’aligner durant toutes les semaines à venir, etc… Tout cela m’a semblé, je vous le confirme, sur réaliste.

Et puis, je me suis allongée sur, la tête bien installée sur le cousin. Elle a posé ses doigts sur mon poignet et est resté accroché littéralement à mon pouls. tout d’abord silencieuse, elle a dit « votre pouls me parle, respirez ». La respiration, à ce moment là, s’est peut être un peu transformé en soupir de dépit. Je le reconnais. Cartésienne, je vous l’ai dit.

Et puis, elle m’a dit « La première information que votre corps a décidé de me donner remonte à très très loin, quand vous étiez dans le corps de votre maman ». J’ai immédiatement pensé à ce film que j’ai vu des millions de fois et que j’ai fait redécouvert avec les enfants récemment « Allo Maman, ici bébé ».

Elle m’a expliqué que j’avais un jumeau qui malheureusement n’avait pas tenu. Cela s’est passé en tout début de grossesse mais ça a été violent. Que ça avait ancré en moi la terreur de la mort.

J’ai fondu en larme.

J’ai 40 ans depuis quelques mois déjà, et aujourd’hui encore, je ne sais pas penser à ma grand mère sans pleurer. Elle est pourtant morte il y a 27 ans. Le simple fait d’écrire ses mots me tire des larmes incontrôlables. Je suis littéralement terrorisée à l’idée de perdre mes parents. J’ai affronté les 2 cancers de ma maman avec une telle difficulté, que je ne saurais la décrire. Oui, tout le monde a peur de la mort. Moi, elle me terrorise, elle me fige. Et cette terreur me ronge.

Alors de l’entendre dire ça, m’a déchiré le coeur. Et je n’ai pas pu m’empêcher de fondre en larme. Naturellement, vous pouvez me donner plus de contre argument. Et j’en ai parfaitement conscience. Je vous le rappelle, je suis grande cartésienne. Et ce que je venais d’entendre avait suscité au fond de moi, l’envie d’éclater de rire.

Mais …

Elle m’a alors expliqué …
Que cette terreur m’accompagnait tous les jours et agissait comme un poids sur mon dos.
Que cette mort avait ancré en moi ce profond sentiment d’injustice et cette peur de l’abandon.
Que je m’isolais, parce que j’étais incapable de faire confiance aux gens et que j’étais persuadé qu’il me tournerait le dos. Pour cette raison, je mettais une distance entre les gens et moi. Que c’était bien plus simple de faire fuir plutôt que d’ouvrir la porte.

C’est un résumé assez noir, mais pendant tout ce temps, elle prenait le temps de me laisser souffler. Elle avait une voix rassurante.

Elle a fini en m’expliquant que j’avais tout ce qu’elle venait de me dire était une partie de la carapace de « graisse » que je m’étais formée. Et qu’il fallait que je me soulage de tout cela pour pouvoir avancé sereinement.
Et que c’est par cette sérénité, que j’arriverais à faire naturellement la paix avec mon corps. Elle a fini par une note positive, en m’expliquant que ce jumeau perdu avait aussi laissé derrière lui une énergie entière, juste pour moi. Qu’il fallait simplement la trouver.

Oh je vous vois venir, c’est presque digne d’un discours sectaire. J’ai pleuré pendant presqu’une heure. Je suis rentrée chez moi littéralement anéanti. J’ai dormi comme un loir, et dès le lendemain, j’ai senti comme un une légèreté dans le dos. Ce sentiment d’avoir un sac de 50kg derrière la nuque avait disparu.

Je vous livre tout cela demain très ‘brute’. Faites en ce que vous souhaitez.
J’y retournerais probablement dans 2 mois. Parce que je sens que j’ai besoin d’en savoir plus. D’en comprendre d’avantage, …

Je vous laisse quand même avec une touche de tricot. Faudrait pas pousser mémés dans les orties. Je tenais à finir ce billet avec un tricot égoïste. Et j’ai pensé à ce petit top de Marie Amélie que j’ai eu la chance de tester : le petit top Cat Mint qu’elle a sorti avec Le Chat Qui Tricote. Vous voyez ?

J’ai utilisé de la (Vi)Laines chaussettes que j’ai travaillé avec des aiguilles 3.75 pour avoir une belle fluidité. Les détails sont soignées, et la ligne élégante. Marie Amelie le porte magnifiquement bien. J’ai vu passer de magnifique version comme celle de MailleNam ou encore celle de Lili-wool

Sur moi, j’ai d’énorme réserve. Je me rend compte à l’usage que je n’aime pas porté les constructions type goussets. J’aime les raglans et le conforts qu’ils apportent à la tenu.

Peut être le referais-je un jour, quand mon corps aura décidé d’être plus sympa avec moi, et vice versa … 😉

Cat Mint, c’est ici

En attendant, je vous montre une photo portée. Je prends sur moi, vous avez vu ?
Sans filtre, sans tricher sur la prise de vue. Promis, la vue n’est pas plongeante. C’est juste moi et mon tricot.

IMG_7071.JPG

Et vous savez quoi ? Quand j’ai demandé le lendemain à ma maman, si j’avais eu un jumeau quand j’étais dans son ventre, elle m’a répondu … Oui, mais il est parti à 4 mois…

10 commentaires pour “Etiothérapie et Cat Mint

  1. Votre témoignage est très touchant.
    Pour ma part il y a bien longtemps que j’ai mis de la distance avec le cartésianisme, il y a tant de choses que nous ignorons.
    Quant au petit gilet, je vous trouve très belle dedans, et la couleur vous va vraiment bien.
    Bon courage !

  2. Bonjour, ton témoignage est très intéressant et je suis sure que ce serait bien pour moi aussi d’essayer. J’espère que cela va t’apporter beaucoup d’aide. 💕

  3. J’ai été très touchée par votre témoignage et je vous trouve vraiment très courageuse de témoigner ainsi, merci très sincèrement

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :